Catégorie Rendez-vous avec marie-sur-les-toits-2

Le Turk m’interpelle !

Depuis 2 ans, Le Turk vit de son art. Mais tout petit, il s’est promis de vivre de ce qu’il aime : la photographie. Il ne se voyait pas photographier des fleurs, des marmottes ou des dauphins « ce sont les nanas qui m’ont donné envie de faire des photos ! ». Quitte à faire de la photo, il choisit de créer un univers et ne se satisfait pas d’un boîtier et de ce qu’il voit. « Je me suis recréer un cirque avec des personnages qu’il faut bien habiller, maquiller et faire évoluer dans leur environnement ». Il finit par créer de toute pièce un décor. « Je ne me pose même pas la question, si un personnage a besoin d’être assis sur un toit, je le fais ». Chaque photo est le bout d’une autre. Les personnages de SALBATAR CIRCUS vont quitter le cirque pour s’installer en banlieue et découvrir la lumière de la ville , pour s’y fondre et mourir … Ils deviennent ainsi les personnages de RETOUR EN TERRE NULLE-PART. Le turk est un personnage à lui tout seul. Il fonctionne par série, car il vit dit-il en compagnie de ses personnages dans la tête et respecte leur caractère et leur autonomie. « J’essaie de tenir une chronique d’aventures qui se passent dans moi, au delà de moi, je n’invente rien ». Sommes nous tous capables de nous rendre disponible à des idées qui s’imposent ? « N’importe qui pourrait capter ce canal… il suffit de se rendre disponible et ne plus le lâcher ! ». Il trouve tout de même son inspiration dans une mélodie: Sébastien Bach.

eva-1

Quand l’actualité est suffisamment importante, elle interfère dans ses créations. Il est aussi patriote et aime son pays, la France. Mais il me fait sourire. Lorsque je lui demande si l’actualité chaude du chômage qui touche la france le touche… il répond « le chômage n’est pas un problème, c’est une solution qu’a trouvé le capitalisme pour survivre »… avant de continuer «  j’essaie de trouver ce qu’il y a de beau dans toute cette laideur » l’artiste. C’est tout un art de vivre et il a raison, « les gens continuent à s’aimer, à se voir, à baiser, à se détester et à savourer malgré les difficultés du quotidien ». Il y a du beau dans la laideur de l’humanité.  Il ne croit pas au mythe de l’artiste maudit et reste connecté à la réalité économique du monde pour exceller et offrir toujours mieux. Ses propositions sont singulières, vous ne les verrez nulle part ailleurs. Tout l’émerveille. Même moi, je suis troublée. Le vin qu’on vient de boire, la maquilleuse assise près de moi, les étudiants qui passent. Tout l’interpelle.

Sa dernière création, une fresque gigantesque,  « Je crie vers Toi »   ci joint le carton sera exposée le 12 au Festival Européen de la Photo de Nu à Arles.

D'autres Rendez-vous avec