Catégorie Rendez-vous avec Chantal Thomass, interview, lingerie, accessoire de mode, fifty shades of grey

La lingerie selon Chantal Thomas

J’ai adoré rencontrer Chantal thomas. Je suis arrivée en avance et j’ai profité de ce petit moment pour découvrir son boudoir très parisien. Elle a réussi à faire de la lingerie un vêtement essentiel d’une garde robe, et ici tout donne envie. Les bas en plumetis, les éventails, un boléro en plume, une parure de jour… elle a même décliné les accessoires de fifty shades of grey » des classiques menottes au ruban qui bande les yeux en passant par le fouet et la cravache, tout l’attirail pour se faire plaisir. Je lui demande si elle aussi a succombé au roman doucement sexuel «  on accroche si on le lit, une histoire d’amour à rebondissements, c’est cendrillon sauf qu’il y a de la sexualité et ça peut donner des idées… » C’est parti pour l’interview ! 

Chantal Thomass, interview, lingerie, accessoire de mode, fifty shades of grey

Pourquoi avoir choisi la lingerie dans votre travail créatif ? C’était un peu un hasard, un concours de circonstance,  pendant les 20 ans où j’ai fait du prêt-à-porter j’ai fait parallèlement de la lingerie.

Vous avez été la première à faire  de la lingerie ? Pendant la fashion week, j’avais fait un passage lingerie au milieu du prêt-à-porter, les filles étaient déshabillées, évidemment ça n’a pas échappé aux photographes, et comme c’était spectaculaire, le nom est devenu connu et associé à la lingerie. Je pense surtout avoir été la première à concevoir la lingerie comme un accessoire de mode.

Qu’est-ce qui fait que vous avez réussi à faire de la lingerie un accessoire de mode ?  Pour moi c’était évident de faire des choses originales, différentes de ce qui existait. J’étais d’une génération où la lingerie était très fonctionnelle, et   j’ai utilisé au début des tissus de prêt-à-porter, des tissus de robes pour faire de la lingerie, et puis des couleurs différentes…

Des collections, en fonction des saisons ? J’ai toujours considéré qu’on pouvait faire une collection d’hiver et une collection d’été en lingerie, certaines couleurs se prêtent plus à l’hiver, d’autres à l’été, des formes, des imprimés… Pour moi ça a toujours été de la mode, ça devait être de la mode.

Qu’est ce qu’il y a parisien dans la création de votre lingerie aujourd’hui?  Je suis parisienne, un univers qui est sensuel, mais   aussi impertinent, il y a toujours une pointe d’humour, de la fantaisie, c’est ce qui fait l’esprit.

Du sexy intelligent… Ça  peut-être sexy, mais en même temps ça doit être élégant et chic, sexy mais jamais premier degré, ça peut tourner facilement au vulgaire…

Vous avez beaucoup voyagé ? Est-ce qu’il y a des préférences, différence entre  la femme libanaise ou la  japonaise ?

il y a des différences de gout et des différences de culture tout simplement. les femmes japonaises ont très peu de poitrines dont elles sont assez complexées, elles vont aimer des choses plus rembourrés,  et les femmes libanaises aiment bien montrer, aiment bien ce qui brille, ce qui est spectaculaire etc. …

Vous créez de la lingerie, mais vous êtes toujours vêtue d’un costume, habillée tout en noir ou en noir et blanc, c’est toujours droit, c’est assez strict… pas très olé olé (rires) J’aime  bien le côté ambiguë du masculin féminin. Quand j’étais plus jeune j’étais souvent en minijupe avec des décolletés, mais je considère que j’ai plus l’âge d’être très déshabillée non plus quand même, même si j’ai encore la silhouette. Mais, je me sens bien comme ça, même si ça arrive de temps en temps que je mette une jupe ou une robe

Les parures que vous créez s’adaptent à toutes les circonstances ? des lignes  invisibles, des lignes plus sophistiquées, on peut avoir envie de montrer une bretelle ou tout simplement avoir un beau décolleté. On choisit le soutien gorge par rapport à ce qu’on va porter dessus…

Une garde robe de lingerie ? Exactement, une garde de robe de lingerie  comme on a une garde robe de chaussures. On ne porte pas les bottes comme on porte des mocassins ou des escarpins à talons, ça dépend du vêtement qu’on met dessus ..

La quintessence de la féminité pour vous ? La représentation de la féminité c’est quand même les seins, je dirai le soutien gorge. C’est joli on a envie de les mettre en valeur mais aussi de les soutenir. En matière de création, il y a plus de choses amusantes à faire avec un soutien gorge.

Boutique chantal Thomass
211 rue saint honoré
75001
Contributor: photos de César Montana

D'autres Rendez-vous avec