Catégorie Rendez-vous avec Lisa

Lisa Lovatt Smith « OAfrica »

Lisa

On fait toujours de belles rencontres dans le bureau d’Inès De La Fressange.

Celle avec Lisa Lovatt Smith, ancienne rédactrice du Vogue Espagne, protégée d’Anna Wintour qui décide de changer de vie et de se mettre au service des enfants, fut étonnante. Parce que Lisa Lovatt Smith n’est pas Mère Térésa, c’est une femme qui a les mêmes préoccupations que nous, genre j’ai pris trop de poids, mais encore…

C’est en Afrique, au Ghana, qu’elle a posé ses valises avec pour objectif de sauver les enfants placés dans des orphelinats pas très catholiques, à la merci des mafias locales.

Et comment ? En mettant en place une logistique pour les réintégrer à leur famille biologique.

Lisa, décontractée en Converse arrive et va se confesser sans filtres.

D’abord sur sa perte de poids : Vingt-deux kilos. Si ça fait beaucoup, elle revient sur la raison de la prise qui a précédé la perte. Un choc émotionnel conséquent, l’incendie de sa maison. Oui elle est malheureuse d’avoir tout perdu et d’avoir beaucoup trop mangé sans s’en rendre compte. Lisa a le sens de la formule : elle a tout perdu dans cet incendie « Tout …sauf le poids que j’ai pris ».

Son livre  D’une vie à l’autre  dans les mains, elle me montre des photos du temps où elle était une « bombe », shootée par Karl, mais concède qu’elle n’a jamais été « très mince ».

Exit le sujet de son poids. Comment quitte-t-on un univers de confort, de glamour et de légèreté pour dédier sa vie à une cause presque perdue? Est-ce un déclic? Ou une volonté de se débarrasser d’une vie qui ne nous convient pas? « Non, je ne pense pas qu’on change de vie pour une chose négative, il ne faut travailler que dans le positif, on ne change pas parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas, on change parce qu’il y a quelque chose d’autre qui est meilleur « .

Au Ghana depuis le début des années 2000, elle a réussi à faire fermer quatre-vingt neuf orphelinats qui n’étaient réellement qu’une plaque tournante du trafic d’enfants et de la prostitution.

L’Afrique, Lisa l’aime, et nous montre avec la candeur d’une petite fille, sa photo préférée qui a été prise quelques semaines plus tôt, toujours au Ghana. « I looove this photo » insiste-t-elle. On évoque les guerres, les « troubles » et les « évènements », comme on dit à Abidjan.

En promotion pour son livre, « les retours sont bons, en France, en Espagne notamment » me dit-elle. Elle se prépare aux États-Unis, qui devraient racheter les droits du livre. Alors tout de suite, on pense à l’adaptation cinématographique. Et à ce niveau, les pronostics pour le rôle principal sont déjà engagés : ce sera Kate Winslet, à l’unanimité.

Cette vie chargée entre association, promotion et son rôle de mère, Lisa l’organise par le biais d’un agenda électronique, il faut scinder entre les priorités, l’urgent et l’important. Lisa le garantit, c’est grâce à ce tri qu’elle y voit plus clair. Elle me convainc d’essayer. J’approuve, moi qui déborde en permanence de choses à faire.

On parle de Cannes et ses paillettes, où elle s’est rendue dans le cadre de l’événement Cash and Rocket, un tour de l’Europe en voiture, réunissant deux conductrices dont le but est de récolter de l’argent pour des associations qu’elles défendent. Et quand la plupart d’entre nous rêveraient de se faire habiller par Valentino pour l’occasion, Lisa refuse. Elle « adore » mais ne céderait que pour une pièce vintage, soucieuse de ne pas communiquer une image qui n’est pas la sienne.

Le dress code de la soirée étant le vert, Lisa évoque sa seule pièce potentielle de cette couleur, une robe Margiela qu’elle a depuis des années « L’unique robe verte longue que j’ai est en coton ! It’s gala because it’s long, but it’s not gala because it’s not looking gala! »

Du vert, on en vient au violet, celui du vêtement de son amie Armelle, présente avec nous. « Tellement jolie cette couleur ! On n’en porte jamais… » Avant de plaisanter sur la sainte horreur qu’a Karl pour ce ton « trop Saint Laurent ».

Lisa s’excuse de devoir mettre un terme à notre rencontre, elle doit avaler son déjeuner avant de filer à Europe 1. Le marathon promo du livre D’une vie à l’autre continue.

D'autres Rendez-vous avec