Catégorie Les carnets de François sapeur 3

Sapeur pompier

Les Sanguinaires

Alors que je rentrais à peine de la boutique « Connivences » rue de Panama – véritable Ambassade de la S.A.P.E à Paris -  je racontais tout fier à mes collègues que j’avais trouvé ma tenue de « sapeur » pour le mariage où je me rendais le week-end suivant.

Le mariage ayant lieu en Corse, zone où les incendies sont malheureusement légions, certains s’imaginent qu’il s’agit d’une tenue de … Pompier ! Amusé, je leur explique l’autre sens du mot sapeur : est sapeur celui qui pratique l’art de sapologie ou plus simplement qui s’habille selon les codes vestimentaires de la S.A.P.E (la Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes).

 

Sous cet acronyme aussi alambiqué que prometteur se cache une réalité bigarrée, sorte d’apologie du dandysme chatoyant.  La S.A.P.E est née au Congo, Brazzaville dans les années 1970, sous la houlette d’un certain Christian Loubaki. Fasciné par l’univers élégant de la grande bourgeoise qu’il côtoie à Paris en tant qu’employé de maison, il revient au Congo avec une certaine conception du style pour l’homme. Reprenant les formes et les allures des costumes croisés, et des complets vestons, il y ajoute une touche colorée qui fera toute la différence.  C’est alors qu’apparaissent des costumes taillés sur mesure rose fuchsia, des blazers vert pomme, portés sur un pantalon à rayure bleue, le tout rehaussés par une cravate rouge vif. Mais loin d’être une fantaisie, la S.A.P.E est un art pratiqué avec sérieux. Le sapeur mélange subtilement les lignes et les rayures, avec pour objectif de faire « chanter les couleurs ».

 

C’est surement cette rigueur et cette estime pour l’Habit, qui avait dû séduire Cyril qui se mariait le week-end en dernier en Corse. Fasciné par cet univers, et lui même sapeur à ses heures perdues, il avait vivement conseillé à ses amis de quitter leur traditionnel costume bleu marine cravate sombre pour une tenue plus vivante de sapeurs. Si nous ne fûmes à l’arrivée qu’une portion congrue à respecter à la lettre cette volonté, l’ensemble n’en fut pas moins amusant. Face au rouge ocre des Sanguinaires, plongées dans le soleil tombant, les pantalons et vestes jaune, vert, bleu, rouge sonnaient comme une ode à la joie de vivre.

 

Sapeurs… Et sans reproche !

 

A suivre

#CarnetsdeFrançois

iles sanguinaires 2
sapeur 2
sapeur 1
sapeur 4
sapeur  5

D'autres carnets de François