Catégorie Rendez-vous avec Balmain for H&M in Paris

Olivier Rousteing et H&M

 

« Rencontrer Olivier Rousteing, le plus jeune designer à la tête d’une maison française historique ne se refuse pas. D’autant lorsqu’il s’associe au géant suédois H&M pour créer une collection très attendue comme chaque saison.

De lui, on connaît ses amitiés avec les stars du moment, sa proximité avec le clan Kardashian et ses selfies attendrissantes sur son compte Instagram. On connait son talent inné, réinventé chaque saison, maître du brocard, du néo-militaire bling ou d’un moulant déraisonnable. Ann-Sofie Johansson, la directrice de la création H&M le décrit comme quelqu’un de « très généreux, très impliqué, très fun » .

D’un Balmain rangé au placard il a su insufflé, processus déjà entamé par son prédécesseur Christophe Decarnin, une image hautement désirable, sexuée et moderne. Avant Dior, c’est le premier à choisir Rihanna, une célébrité noire comme ambassadrice d’une maison française.  

Et cette collaboration justement, que peut-on en retenir? 

 

Balmain for H&M in Paris

Portée par le hashtag préféré d’Olivier, #diversity, elle a pour attrait premier d’être « globale ». Le designer insiste « je voudrais vraiment que toutes les femmes du monde  puissent piocher ce qu’elles veulent dans cette collection, c’est à dire que la femme de Chine, la femme du Moyen Orient, l’homme de Los Angeles, l’homme de New York va vraiment trouver ce qu’il recherche ». Ann-Sofie le rejoint « Quand je suis arrivée ce n’était pas le cas mais aujourd’hui on trouve les mêmes collections en Allemagne qu’au Moyen-Orient » Pour elle, Internet et les réseaux sociaux jouent un rôle prépondérant dans l’expansion de cette globalité « on peut voir ce qui se vend le mieux selon les pays et souvent c’est la même chose »

Alors global, oui, mais la globalité Balmain s’arrête à la taille 42.  On a tenté de savoir pourquoi, insisté même, en expliquant qu’au niveau du bassin, son amie Kim Kardashian ne pourrait porter une pièce de cette collection. Olivier Rousteing reste corporate « honnêtement c’est la production. »

Fun, « à l’image d’Olivier » et opulente, la collection Balmain pour H&M ne se dissocie pas de l’image de la marque et le public s’y retrouvera sans soucis.

Le travail dans les finitions et les matières est radicalement proche du Balmain « pur jus ».  Comme sur la veste longue en velours et perles qui s’annonce comme la pièce phare de la collection. 

Olivier précise « on peut trouver des pièces très couture, pièces plus jour, des vestes double boutonnage, des robes brodées ».   Les robes brodées et le evening wear, Olivier l’affirme, devraient plaire de  Dubaï à Beyrouth, où la clientèle est portée sur le détail « la femme du Moyen-Orient est une femme qui n’a pas peur, qui a une certaine confiance en elle,  contrairement à beaucoup d’autres femmes dans le monde. »

Bien que pour lui, la femme Balmain « n’appartient à aucune ville du monde en fait, elle appartient à l’univers, au monde entier c’est vraiment l’intérêt de la Balmain Nation ».

La dernière des collaborations mythiques ?

C’est sans aucun doute qu’on rejoindra le mouvement le 5 novembre prochain, Ann-Sofie Johansson nous expliquant que ce partenariat pourrait ne pas avoir de successeur « On veut se consacrer sur nos propres collections comme la Conscious ou celle qui défile chaque année à Paris ». 

 

Balmain for H&M in Paris
Balmain for H&M in Paris

D'autres Rendez-vous avec