Catégorie Rendez-vous avec Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-16

Nadine Labaki

Pause champêtre en pleine effervescence Cannoise. Le festival bat son plein, Nadine est invitée en tant que membre du jury; je suis heureuse comme si c’était ma copine de toujours, alors qu’on s’est vu que 4 fois, mais voilà comment l’expliquer, j’aime cette femme, je la respecte surtout. Je lui propose qu’on prenne le temps de parler, sans note et sans filtre.

Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-19

Nadine est sublime, longue chevelure de jais, de grands yeux ébènes, une classe encore plus folle que sur un papier glacé.. Le style de femme qui ne s’encombre pas de détails, que l’on imagine confiante, conquérante, une femme loin de douter d’elle-même.

Mais Nadine, réalisatrice et comédienne, en sait quelque chose sur l’importance de l’image. On est à Cannes, on parle donc Tapis rouge et Objectif de photographe : « Plus c’est haute-déf, plus tu vois les détails, plus le grain de peau est nette, plus ça complexe les femmes. Donc la folie de la chirurgie esthétique c’est ça ».

Nadine regrette le temps de la photo argentique « les femmes étaient belles, tu voyais pas le petit truc », déplore le numérique qui « facilite la vie aux photographes mais donne aux femmes des complexes » et s’arrête sur son absurdité, « tu penses gagner du temps, mais après tu passes trois heures sur photoshop pour retrouver la qualité de la photo argentique ».

Sans aller jusqu’à passer sur le billard, Nadine a conscience qu’en tant que personnage public, les regards sont braqués sur elle à la moindre occasion; la montée des marches du palais des festivals par exemple. Une expérience qui fait rêver Madame tout le monde, mais qui peut être très stressante pour des comédiennes qui, tous les jours vont être jugées sur une robe qui tombe mal ou un bourrelet.

Elle est surtout là pour voir des films tous les jours et profiter de ce festival mondial qui réunit la crème et l’avant garde du cinéma. La solution pour ne pas s’encombrer l’esprit, une bonne hygiène de vie.  Pas de secret, elle écoute les conseils d’un nutritionniste et s’est mise au sport « le soir où j’ai accouché, le matin je faisais du yoga ». Une discipline qui paye et qu’on aime.

Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-2
Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-16
Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-11
Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-14
Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-3
Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-17
Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-6
Nadine Labaki-Une Libanaise a Paris-Interview-20

Samar :
Robe Alaïa
Cabas Roger Vivier
 
Nadine : 
Top & pantalon Joseph
Contributeur photos Lama Mattar

D'autres Rendez-vous avec