Catégorie Pimp ta vie Processed with VSCOcam with c1 preset

All I want for christmas is…

Déjà, je fais une overdose de cette chanson. Je l’ai suggérée à la nouvelle équipe de contributors comme première parution pour les introduire, et ils ne me parlent que de ça depuis un mois… Et vas-y que je te fais découvrir la version de Nicky Minaj… tu me diras si c’est Moi que tu veux pour Noël. Cette semaine, j’étais à Beyrouth et je l’ai entendue partout. À croire que la municipalité a installé des enceintes en ville pour nous faire oublier la pollution de l’air et qu’on se focalise sur son ambiance sonore.

Processed with VSCOcam with b1 preset
Processed with VSCOcam with b5 preset

Ah Noel ! Tu me fais rire et pleurer à la fois. Promis je ne serai pas cynique. J’irai droit au but avec toi, même si mon vocabulaire dans la langue de Molière a une étendue que Christmas ne connaît pas.

Je n’aime pas Noël et pourtant je fais partie de ces gens qui s’émerveillent d’un rien et dont le sourire quitte rarement le visage. Rien ne va plus quand tu commences à pointer tes guirlandes et tes embouteillages en ville  parce que chacun a décidé que c’était le moment de dire à sa mère, à son père, à son mari, à ses amis combien il les aime ! Pour les enfants, je n’ai rien à dire. Cela dit,  petite, j’ai longtemps cru que le père Noël était plus gentil que mes parents, car lui, m’offrait  toujours ce que j’avais écrit dans ma lettre. Il suivait mes instructions au mot près… Tu parles !  C’est ma maman qui passait une après-midi à combler mes désirs de sale gosse pour qu’à la fin je lui lance « J’aime Papa noël plus que toi ! ». J’ai encore des remords. Voilà, Noël catalyse les frustrations parce que les choses ne se passent jamais comme on le voudrait. On met tellement d’espérance à vouloir réunir tout le monde dans la joie, la bonne humeur, et la légèreté… Malgré tout il y a toujours un moment où le rebelle de la famille casse le rythme des cantines. Dans tout le monde, je parle de la famille, mais vous connaissez une famille où tout va bien ? En dehors d’Instagram je veux dire. Perso, je n’en connais pas. #LoveYouBro

Une fois tout cela accepté, voilà le réveillon, son sapin, sa sape et sa table qui alourdit la digestion selon votre héritage culinaire. Ma belle maman, vient du sud ouest, et pourtant, c’est le couscous* de sa propre belle maman qu’elle prépare pour Noël. Le couscous, plat préféré des français, ok, mais commencer par le huitres, les fruits de mer, le saumon, le foie gras, pour après se lancer dans un Couscous puis terminer par une bûche à la pistache, je ne comprends toujours pas le menu. Une ripaille comme dirait François.

En plus je dois assister à la préparation du couscous familial dans la cuisine. Il faut apprendre. Noël, c’est la famille, la transmission et le partage. Mais Noël tombe après des mois de dur labeur et fin décembre on est sur les rotules, difficile de rester debout, le port altier et sourire aux lèvres dans son tablier en se concentrant sur le couscous de belle maman du sud-ouest qu’on adore. Moi je rêve de refaire le monde avec mon beau papa, qu’il me raconte ses histoires de filles quand il était jeune… Cela dit, le lendemain, le champagne commence dès 10 heures du matin. C’est ça la bonne nouvelle. À Noël, le Français a le complexe du corn flakes* et se prend pour un Américain. Champagne dans les coupes Baccarat… et bien sûr, qui doit soigneusement les rincer car trop précieuses pour se glisser dans le lave vaisselle ? Ulap, of course, tâche qui incombe aux plus jeunes comme dans toutes les maisons. Sans parler du second round, celui où on va essayer de réunir l’autre partie de la famille, recomposée, ou l’autre cellule…

Si je m’attache à trouver des raisons de ne pas aimer Noël, avec ces histoires que je trouve finalement attachiantes, c’est pour une raison : comme certains, j’ai un manque. Ma maman et mon papa ne sont plus là, comme la formule l’exige. Alors si ce soir, comme moi, vous vous sentez seuls -même si entourés-, continuez à sourire… Et peut-être à pleurer. Rien de grave, Noël est imparfait.

Be Happy, 2015, c’est fini.

 

 

Le couscous : la recette du couscous de belle maman commence par tuer la poule ! Oui elle a été écrite par l’arrière grand-mère du french husband qui vient d’Algérie.

Le complexe du corn flakes : comme le dit si bien Mathieu Chedid, idole du french husband.

Robe & collier de perles Chanel
Contributeur photo Alexia Maggioni
Processed with VSCOcam with c1 preset

D'autres Pimp ta vie