Catégorie Pimp ta vie kim kardashian elle france cover

Kim Kardashian en couverture du Elle France ?

Je n’ai pas acheté le Elle parce que Kim Kardashian faisait la couverture, j’ai acheté le Elle parce qu’on me promettait de découvrir Kim Kardashian par Céline Sciamma, la réalisatrice qui met en image la sexualité sans dramaturgie excessive. Voilà le déclic, ce nouveau Elle, que je relis avec plaisir et qui réveille ma curiosité, même quand il s’agit de Kim Kardashian.

Le blond peroxydé de Kim Kardashian a certainement été l’événement le plus commenté de la dernière fashion week parisienne. Plus que n’importe quel show. On ne s’en étonne même pas. Kim sait créer le buzz, sait comment fasciner, est souvent là où on ne l’attend pas.

On l’aime ou on la déteste mais si on sait souvent pourquoi elle nous exaspère on définit mal ce qui nous intéresse chez elle. Les éternels débats sur les raisons de son succès sont vains.

Aussi agaçante qu’attendrissante, elle est aujourd’hui la personne la plus suivie sur les réseaux sociaux au monde. De Kim on aura tout vu. De son mariage à son accouchement, de son anatomie dans les moindres détails au premier anniversaire de sa fille, on aurait presque l’impression de la connaître, Kim c’est une sorte de copine qu’on aime détester aussi.

C’est au moment où l’on pensait qu’elle aurait du mal à nous surprendre à nouveau que Marie Françoise Santucci publie un premier édito sur le site internet du Elle avant la sortie en kiosque cette semaine.

Elle France et Kim Kardashian. Voilà un duo qui détonne et que l’on n’aurait pas forcément imaginé.

On arrive finalement à destination, page 75, Kim moulée dans une pièce de son créateur et ami, Olivier Rousteing de Balmain.

On se demande 5 minutes si cette couleur lui va ou pas et on se plonge dans la lecture. D’entrée, l’étonnement : le ton adopté semble presque philosophique, comme si on voulait ériger Kim en déesse moderne à ne plus prendre au second degré.

Pourtant voilà la définition pure de sa personne, ou du reste de son personnage : le second degré. Les photos sont belles, naturelles et sans fioritures, ça nous change de sa dernière série photos dans le magazine Love. Le stylisme est précis, pas d’accessoires, Givenchy et Balmain, exclusivement. Kim sait faire honneur à ses amis. Ces personnes qui l’ont accueillie dans le milieu de la mode, lui ont fait une place, l’ont rendue égérie, et monté au rang de muse. La deuxième partie du dossier Kim nous révèle d’ailleurs un Olivier Rousteing quasi énamouré qui nous raconte sa vision de la star, une femme toute simple et aimante selon lui.

De l’interview je retiens un manque cruel de profondeur. Une impression de ne jamais rentrer dans le vif du sujet, de n’apprendre rien de plus que ce que je savais déjà. Ou bien si, qu’elle se rendra bientôt en Arménie pour la première fois et qu’elle sera la première de sa famille à s’y rendre.

« La raison d’être de sa célébrité, c’est de nous y avoir fait une place, c’est sans doute pour cela que nous lui en avons donné une. » Céline Sciamma met les mots sur la clé de notre intrigue. On la remercie car il est vrai qu’on se perdait souvent dans le pourquoi de cette « admiration ». Malgré cela, pas sur que le lecteur Elle y verra quelque chose de très concluant. Kim Kardashian reste madame selfie, madame too-much, madame exubérance. On finit l’article avec un arrière-goût de vide désagréable. Ce qui encore une fois, nous confirme qu’il s’agit surtout de sa maîtrise du rien en gagne-pain très profitable qui nous rend définitivement admiratifs et un rien songeur.

 

kim kardashian elle france cover
Illustration by Cynthia Jreige.

D'autres Pimp ta vie