Catégorie Rendez-vous avec 02_30th International Festival of Fashion & Photography in Hyäres - Masterclass at Villa Noailles - Karl Lagerfeld and Godfrey Deeny

Ce qu’on retient de la Master Class de Karl!

Karl a dit qu’il n’y a pas de règles pour être ce qu’on veut être… Mais encore…

Karl connait la frustration

Karl a un regret : celui de n’avoir pas construit une maison en France. Grand fan d’architecture, et admirateur du travail de Robert Mallet Stevens ou de Zaha Hadid, il rêvait d’une maison avec pas moins de 700 appartements signé Tada Ando …

« ce fut un jour heureux » 

En 1954, la première édition du Prix Woolmark couronne un jeune talent inconnu à l’époque, Karl Lagerfeld… Avec son cachet, il s’est rendu dans un passage des champs élysées pour faire du shopping. « 350 000 FRANCS en 1954, une fortune », mais on ne sait pas s’il a tout dépenser ce jour-là.

Quel serait son conseil pour quelqu’un qui se lancerait? 

« Je pense qu’il y n’ a aucune règle . Chaque cas est différent, et correspond à un désir, à ce qu’on peut ou pourrait faire, ce qu’on ne pourrait pas faire aussi.  il est très difficile de dire qu’il n’y a pas de règles et je crois que seules les carrières sont construites sans règles. »  

« Lorsque je présente une idée, je jette 20 autres à la poubelle »

L’illustration accroché au studio correspond parfaitement à la robe nous dit-il. D’où l’importance de l’illustration. la bonne illustration qui transmet clairement l’idée qu’on veut transmettre.

Il hait le terme de « jeune designer ».

Il y a de bons ou de mauvais designers. Le terme « jeune » voudrait dire qu’on n’a pas d’expérience.

La photo, Karl et Eric. 

Quand  Karl arrive à la maison Chanel, Eric Pfrunder, directeur de l’image de la maison est déjà là. Karl n’étant jamais satisfait des photos du dossier de presse, Eric lui donne la caméra et lui suggère de les faire lui même. Son premier sujet ? Inès de la Fressange. Six mois Plus tard, Karl faisait son premier éditorial.

L’obsession des livres

Aujourd’hui il ne collectionne que les livres « si vous venez chez moi, il n’est pas facile de se déplacer. » Sa bibliothèque compte plus de 300 000 livres en français, anglais et allemand.

« Je ne vends rien »

Karl n’a jamais eu l’ambition d’être un homme d’affaires. Les autres le font mieux que lui précise-t-il. Son travail est ce qu’il fait, rien de plus conclut-il.

La prétention  

Uniquement dans son enfance, puisque le petit Karl était persuadé de devenir célèbre. maintenant il est plus modeste, nous rassure-t-il.

L’instant Choupette*

Choupette aurait pu gagner beaucoup plus que les 3 millions de chiffres d’affaire de l’année 2014 qui a tant choqué l’opinion publique. Karl ne voulant pas prêter son image à tout et n’importe quoi, annonce toujours un prix exhorbitant, en se disant qu’aucun être humain ne paierait autant pour un chat … ET si pourtant !

L’instant choupette 2 

« 82% de nos lecteurs sont jaloux de Choupette » dixit le rédacteur en chef d’un magazine.

L’instant Choupette 3

ça se gâte avec la fondation Bardot. Choupette fait un chèque à la fondation pour les 80 ans de Bardot… 24h après Karl reçoit « la plus douce lettre de remerciement du monde» mais quelques semaines plus tard, une autre lettre de la fondation moins attendrissante est adressée au créateur en lui demandant de ne plus faire de la fourrure. « Tant que les gens mangeront de la viande et porteront du cuir, on fera de la fourrure. » 

Enfin Karl n’a pas échappé à la question: what are you wearing today?  Sa chemise sur mesure de chez HILDITCH & KEY… Son pantalon jeans en daim signé STOULS, les gants CAUSSE et les souliers MASSARO !

01_30th International Festival of Fashion & Photography in Hyäres - Masterclass at Villa Noailles - Karl Lagerfeld and Godfrey Deeny

D'autres Rendez-vous avec