Catégorie Histoires de style le noir parisien 4

Le Noir parisien

Le noir est probablement la couleur la plus populaire dans le monde de la mode. Bien qu’il soit définit comme une non-couleur, dénuée de lumière à l’opposée du blanc.

le noir parisien 7
Noir 1-1
Noir 1-2
noi 1_2

Le noir est à la fois synonyme de tristesse, d’austérité, de puritanisme… mais aussi d’élégance et de simplicité. Le noir est aussi finalement assez neutre. Il reflète assez bien la personnalité des parisiens : assez distants et comme se protégeant des émotions extérieures.

Le noir a différentes significations selon les cultures, significations qui ont également évolué à travers le temps. Le noir est mystérieux, suggère l’autorité, le pouvoir et le chic. Dans les cultures occidentales il est aussi utilisé pour le deuil. En chine, le noir est à la fois une valeur de noblesse et son pendant négatif, l’escroquerie.

Une des premières icônes parisiennes que l’on peut associer au noir est Edith Piaf dans les années 40. Elle était toujours vêtue de cette « couleur » pour que son apparence reste simple et qu’on se concentre sur sa voix.

Mais celle qui aura définitivement fait du noir la « couleur » La plus en vogue en période d’après-guerre est Coco Chanel et sa « petite robe noire ».

 

le noir parisien 8

En arrivant à l’opéra de paris un soir, Coco Chanel aurait dit «  je vais toutes les foutre en noir » exaspérée par l’engouement des parisiennes pour sa rivale Elsa Schiaparelli et ses tenues fantasques. Elle a su imposer le noir comme une référence à suivre.

Coco Chanel a été la première à enlever au noir sa dimension de deuil et son aspect religieux en l’érigeant en symbole du « chic parisien ».

En 1926, sa robe «  Ford » fût un réel succès qui souligna le fait que les femmes commençaient petit à petit à savourer leur indépendance et leur liberté post première guerre mondiale.

Le noir parisien 5
_MG_2683

La popularité de cette couleur a aussi connu un essor grâce à l’expansion des fibres, des couleurs synthétiques et de la production de masse.

L’offre des designers grandissante, à chaque saison ses nouvelles coupes, matériaux et longueurs… Les tendances changent mais l’élégance à la parisienne et son association au noir deviennent un attrait indispensable d’un mode de vie cosmopolite.

Mais la réelle percée du « noir parisien » sera les années 60 avec le monde artistique et intellectuel, le deuxième sexe de Saint-Germain des près s’habillent de noir. Dans les années 60 l’uniformisation est plus importante que l’excentricité.

Ce qui a permis au noir de gagner son statut iconique est aussi le mouvement cinématographique français de la Nouvelle Vague aux débuts des années 60 avec ses réalisateurs emblématiques comme François Truffaut, Jean Luc Godard, Claude Chabrol …Tout comme les actrices phares de l’époque Anna Karina, Jeanne Moreau, Brigitte Bardot… en portant du noir dans ces films elles inspirent et renforcent l’idée de l’élégance et de la simplicité « à la parisienne ».

En 1983, Karl Lagerfeld arrive chez Chanel et rajeunit l’héritage parisien tout en faisant honneur a la signature « noir parisien » notamment avec Inès de la Fressange. Le noir devient partie intégrante du patrimoine et du style à la française.

Avec de nouveaux designers comme Gaultier ou Alaïa, le noir trouve une nouvelle énergie, une nouvelle vie.

La robe noire est maintenant en cuir ou en latex de Montana à Mugler…

Dans les années 80, une vague de designer japonais (Yamamoto, Miyake, Kawakubo) amènent leur touche minimaliste dans le paysage mode parisien et confirme l’importance du noir dans la mode.

Au fur et à mesure des années, le noir passera par plusieurs stades du minimalisme au grunge…

Le noir est singulier et les parisiens sont perçus comme l’opposé de l’exubérance, discret et quelque peu inapprochable. Le noir et les parisiens sont indissociables, L’histoire du noir se confond avec L’Histoire des parisiens.

Sac à bandoulière: Chanel
Top & pantalon: Carven
Escarpins: Valentino
Contributeur photos: Valentina Frugiuele

 

le noir parisien 4

D'autres histoires de style