Catégorie Voyages Une-libanaise-a-paris-Samar-Seraqui-de-Buttafoco-Royal-Mansour

From Marrakech with love

By Samar Seraqui de Buttafoco

Je me suis amusée le premier jour de mon arrivée à Marrakech à faire une petite pédicure toute seule au bord de la piscine. Un vernis, un dissolvant, une lime et un thé vert préparé par la très gentille Rokaya qui s’occupait de la maison. C’était le bonheur.

Je me suis rendue au Maroc pour l’écriture de mon livre. Mes journées étaient intenses, tous les jours je rencontre de nouvelles personnes, et en amont je continue à travailler sur mes projets et mon équipe, restée à Paris, me rappelait bien tous les soirs que je n’étais pas là en vacances en m’envoyant un « recap », donc peu de répit pour mon cerveau et mes petits pieds.

Avant mon départ à Casablanca, j’ai découvert le Royal Mansour, comment dirais-je ? Emerveillement absolu, je me suis même baissée pour toucher le sol, tellement ce qui s’offrait à mes yeux était incroyable. Caline qui m’accompagnait s’est moquée de moi, et les seuls mots qui sortaient de ma bouche était Oh la la, Oh, Oh, Oh, que c’est beau ! Quand on est une passionnée d’artisanat, de métiers d’art, et de savoir faire, on est au paradis. Il était hors de question que je ne prenne pas le temps de profiter un minimum des lieux, j’ai hiberné pendant 3 jours dans mon riad.  Je travaillais la journée mais avec quelques extra. J’ai pris le temps de découvrir l’exposition de Tamy Tazi, celle qui a fait du caftan un vêtement universel. Amie et muse de Yves Saint Laurent, ses créations ont été portées par Jackie Kennedy ou Diana Vreeland, des caftans toujours fidèles à la tradition marocaine et d’une modernité absolue. J’ai dîné à la table Marocaine avec mon amie Shourouk, Caline et Tarek. On était comme des enfants qui découvrent pour la première fois la cuisine marocaine, avec chacun nos commentaires. Un chef français, dans une cuisine marocaine, c’est vraiment quelque chose. Je regrette de n’avoir pas terminé ma pastilla aux pigeons, la table était généreuse et raffinée. Enfin, j’allais oublier de parler de mes petits petons. Je devais faire un shooting de mes pieds, et je trouve ma pédicure assez réussie, Caline styliste et organisatrice du voyage,  trouve que non, que mon vernis est mal posé et insiste pour que je fasse une pédicure. Elle n’a pas insisté trop longtemps, je n’avais pas le temps de me faire un hammam traditionnel, j’accepte volontiers ce petit moment de détente. Bastien Gonzalez, retenez bien ce nom. Son studio de pedi mani, mêle soin de podologie et beauté. Je ne suis absolument pas experte en onglerie, eux le sont. J’ai beaucoup de mal à lâcher prise, j’ai réussi grâce aux manipulations synchronisées de mes mains et mes pieds. Résultat soyeux, je me suis retrouvée avec des ongles brillants sans aucune pose de vernis.

Voici mes autres bonnes adresses de Marrakech :

La biennale de Marrakech s’est installée pour la 6ème édition dans tous les sites patrimoniaux de la ville. On redécouvre le Palais Bahiia et le Palais El Badii, on découvre des œuvres majestueuses dans le ciel ouvert de marrakech. Du 24 février au 8 mai 2016

Mustapha El Blaoui est l’antiquaire de Marrakech qui a travaillé sur le film Sex and The city 2. C’est la star de la porte marocaine qui a 200 ans, des tapis et des colliers d’ambre. Sa boutique principale est inondée de lanternes, de lustres, de mobiliers et de vaisselle de Safi.  On peut aussi se rendre dans ces deux entrepôts à l’extérieur de la ville pour découvrir des pièces plus spécifiques.

142, rue Bab Doukkala.

Les jardins de la Mamounia on prend un thé à la fleur d’oranger, et on se ballade le long du jardin de la Mamounia. Un jardin public au cadre magique.

On prend un cocktail à l’étage du Café de la poste, ambiance coloniale et lumière tamisée.  On dîne au Bozin, où les serveurs ont le rythme de la Darbouka dans le corps et on termine la soirée au Comptoir en imitant les danseuses du ventre.

une libanaise a paris-marrakech-Samar Seraqui.11
une libanaise a paris-marrakech-Samar Seraqui.6
une libanaise a paris-marrakech-Samar Seraqui.7
une libanaise a paris-marrakech-Samar Seraqui.5
une libanaise a paris-marrakech-Samar Seraqui.9

Lieu: Royal Mansour- Manteau brodé: Art/C (lauréat 2011 Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode à Marseille)- Robe: Zimmerman- Panier en Osier & accessoires: Shourouk- Sandales: Gucci- Contributeur photos: Tarek Moukaddem  

 

D'autres Voyages