Catégorie Histoires de style unelibanaiseaparis-reobe elie saab2

L’effet papillon de la femme Elie Saab

unelibanaiseaparis-reobe elie saab11

By Samar Seraqui de Buttafoco

« L’effet papillon » veut qu’une perturbation minime telle qu’un battement d’aile de papillon puisse, après un long moment, par amplification exponentielle, déclencher un cyclone  à l’autre bout du monde.

Une théorie qui prétend que si l’on pouvait retourner dans le passé et changer quelques détails de notre vie, tout ce qui en découle serait modifié.

Transposons cela à la femme Elie Saab.

Longtemps Elie Saab a été considéré comme le designer qui habillait uniquement les princesses. Connotation négative dans le cercle très élitiste des faiseurs de mode parisien.

Avec ses longues robes de dentelles brodées, la taille toujours marquée, saison après saison, l’esthétique Elie Saab demeurait au risque d’ennuyer les chercheurs de nouveauté, de grunge et de provocation.

La femme Elie Saab est une question d’éducation. L’éducation du beau, du délicat et du précieux. Précieuse elle l’est, ou le devient en enfilant une de ses robes.

Le créateur présente certes désormais des collections prêt-à-porter avec des silhouettes et accessoires pour une garde robe complète. Il va jusqu’à apposer quelques broderies sur les épaules d’un sweat zippé à capuche. L’identité d’Elie reste ses robes marquées à la taille.  Des robes qui changent une allure, donne envie de se tenir différemment et de vivre pourquoi pas un moment hors du temps, précieux.

Dans mon article muslim friendly je cite Elie Saab, comme le créateur natif du Liban, qui a commencé par habiller les femmes d’orient, avant de poser ses quartiers dans un hôtel particulier parisien comme n’ayant jamais couvert les femmes. Au contraire, il a toujours cherché à les sublimer. Il a joué avec les subtiles transparences, toujours cherché à marquer cette taille féminine et sculpter l’habit qui vient accompagner ce corps de femme que certains ne veulent pas voir.

Certains attribuent le battement d’ailes Elie Saab à son dernier défilé de prêt-à-porter, où l’artiste Danoise MØ, interpréta en live son titre pas très précieux « Kamikaze » durant ce défilé de filles en veste à franges, bottes cavalières et sacs à bandoulière. Vous le voyez, genre mondialisation, mélange des genres, quand l’occident rencontre l’orient…  bla bla bla bla…

Non. Son battement d’aile est d’avoir dans son premier dessin marqué la taille des femmes.

En effaçant cette précieuse taille marquée Elie SAAB, son présent serait sûrement différent.

PS : Vous vous demandez que serait la femme Elie Saab la saison prochaine ? Une petite fille qui veut ressembler à sa maman…

unelibanaiseaparis-reobe elie saab7
unelibanaiseaparis-reobe elie saab10
unelibanaiseaparis-reobe elie saab2

Robe: Elie Saab – Contributeur photos: Julien Espio

D'autres histoires de style